Specialized vs Café Roubaix: épilogue.

C’est d’abord par une photo d’un type portant le t-shirt Café Roubaix, postée sur le compte Twitter de ce dernier, que la bonne nouvelle est arrivée. Mike Sinyard, le fondateur et propriétaire de Specialized est allé en personne s’excuser auprès de Dan Richter le propriétaire du Café Roubaix.

Puis, une video, dans laquelle on retrouve les deux protagonistes de cette affaire. Mr Sinyard s’excuse publiquement et explique comment l’histoire en est arrivé là. Il invoque la sécurité des utilisateurs qui le pousse a être extrêmement vigilant sur les contrefaçons.

Et aujourd’hui, c’est dans une lettre publiée sur Facebook que le propriétaire s’excuse et avoue publiquement qu’il n’a pas su gérer cette affaire. Il explique, en montrant quelques exemples, qu’il ne rigole pas avec la sécurité.

Des excuses qui arrivent tard dans cette histoire mais qui montre le côté « humain » de Specialized, qui se soucie à la fois des petits magasins et aussi – et surtout – des utilisateurs. La stratégie de communication mise en place fonctionne puisque la blogosphère semble elle aussi accepté ces excuses à coup de like et de share.

Pendant ce temps, j’attends toujours mon t-shirt Café Roubaix, moi !

BbQSNnHCIAAiyCa

Publicités

Le Café Roubaix sauvé par Fuji !

L’histoire du Café Roubaix vs Specialized a la fin qu’elle méritait.

Cela aurait pu être un happy end comme dans les meilleurs Conte de Fée: Après avoir trouver les fonds suite à l’explosion du chiffre d’affaire du shop online du magasin Café Roubaix porte plainte à son tour et gagne contre le grand méchant S.
Ou encore: Specialized retire sa plante et, bon prince, offre des vélos à tous les vétérans de Cochrane.

Mais l’histoire a plus une fin de Cap et d’Epée. Le Café Roubaix doit son salut à ASI (Advanced Sport International) propriétaire de la marque de vélos Fuji qui elle aussi produit et commercialise un modèle qui s’appelle Roubaix. Et il se trouve qu’ASI est elle le vrai et unique propriétaire de la marque Roubaix dans le monde. C’est sous licence qu’elle autorisait Sepcialized à utiliser le nom Roubaix et ceci depuis 2003.
ASI, tel un chevalier qu’on attendait et qui revient à la rescousse de la cité, à contacter le Café Roubaix pour lui annoncer qu’il pouvait sans autre continuer d’appeler son magasin ainsi (après une demande de licence qui « peut être obtenue facilement » d’après le CEO Pan Cunnane). Puis ASI a même retourner son épée contre Specialized pour qu’il retire leur plainte au plus vite car ils ne sont tout simplement pas dans leurs droits.

Tout le monde est donc sain et sauf. Sauf que l’honneur des américains en a pris un coup alors qu’AIS s’offre une jolie campagne RP et une belle campagne de pub pour ses vélos Fiji.

Specialized ne s’est encore pas exprimé sur cette histoire. Ce silence en dit long sur l’embarras du fabriquant de cycles face aux critiques de tous bords.

Plus silencieux encore sont les roubaisiens, qui eux restent toujours dépossédés du droit d’utiliser le nom de leur ville comme ils le souhaitent.

LEGALIZE ROUBAIX ! BAD BUZZ POUR SPECIALIZED.

Depuis vendredi, la blogosphère cycliste est agitée. La cause ? Une histoire de copyright, de nom de ville célèbre et de guerre en Afghanistan. On pourrait penser à un scénario de film d’espionnage mais la réalité est bien plus triste.

Au Canada, Specialized attaque en justice le propriétaire du Café Roubaix Bicycle Studio situé à Cochrane non loin de Calgary, pour l’utilisation du nom « Roubaix ». En effet le fabriquant de vélo a enregistré la marque Roubaix pour protéger les modèles du même nom qu’elle fabrique et en est donc scandaleusement la propriétaire.

Dan Richter, propriétaire lui du magasin et ancien combattant en Afghanistan, se voit donc dans l’obligation de changer le nom de son magasin puisqu’il n’a tout simplement pas les $150’000 estimés pour combattre cette décision en justice. Mr Richter avait ouvert le Café Roubaix en mars 2013 après avoir été libéré de ses obligations militaires pour raison médical. Voilà qui n’arrange en rien les choses pour la marque au grand S qui aura du mal à faire oublier cette histoire dans le milieu cycliste.

Il est a espérer que Specialized se rendra compte rapidement du non sens de cette action et retirer rapidement sa plainte et que le Café Roubaix saura profiter de sa nouvelle renommée internationale.

Pendant ce temps, le web se marre…


tumblr_mxjive49Dk1qbw072o1_1280      tumblr_mxiwmv9Kxg1r3xgd1o1_500   tumblr_mxjm64r5UQ1r3xgd1o1_1280

 

A lire aussi:
Episode 2: Le Café Roubaix sauvé par Fuji !
Episode 3: Specialized vs Roubaix: épilogue.

« Le lundi j’peux pas, j’ai cuisine ». #back2blog

Je n’ai jamais été un téléspectateur assidu. Je ne me suis jamais mis devant ma télé tel jour à telle heure pour suivre tel programme. La seule fois que ça m’est arrivé c’était pour regarder MacGyver. J’étais fan (oui j’avais la coupe mullet, c’était les 90s bordel.)

Aujourd’hui, mes rendez-vous télévisuel se font au gré de mon emploi du temps. Exception faites – évidemment – pour quelques courses de vélos.

Je ne sais pas pourquoi j’ai omis de mettre CUISINE dans les thèmes de ce blog.  J’adore la cuisine et j’adore cuisiner. D’ailleurs je pense que la première fois que j’ai du cuisiner cela devait probablement être avec un couteau suisse lors d’une ballade familiale où je me prenais pour le héro susnommé.

Mais ma première expérience de cuisinier à proprement parlée je m’en souviens encore. Avec mon pote de l’époque nous avions voulu faire des pâtes par nous même voulant ainsi préserver sa jeune fille au pair malade. Une casserole, de l’eau, on a tout mis en même temps, attendu que ça bout, égoutté, ketchupé, bref… c’était pas très bon.

Après, ça a changé. Faut dire qu’avec la Mamma j’étais à bonne école. Risotto, pasta et crème Budwig une cuisine généreuse et raffinée, respectueuse de mes convictions végétarienne (voilà un sujet pour un prochain billet, tieuh c’est facile). Ça m’a donné envie. Alors quand à l’école on a eu la possibilité de prendre des cours, j’étais tout content.

Et c’est parce que j’aime la cuisine que le lundi soir, depuis maintenant 3 ans, à cette époque de l’année, je pose mon cul sur mon canapé suédois et je regarde Top Chef. Faut dire que l’émission est bien foutue. Les épreuves sont supers, le jury est super, les candidats sont supers.

Les deux premières années j’ai eu un peu honte d’avoir un rendez-vous hebdomadaire avec ma télé. Mais cette année, tout a changé. Mes amis regardent Top Chef, mes contacts facebook/twitter regardent Top Chef et tout le monde a son mot à dire sur un candidat ou sur une recette. D’ailleurs, M6 l’a bien compris puisqu’ils ont bien intégré les medias sociaux avec contenu exclusif et discussion en live. Nous voilà donc loin de l’expérience solitaire.

Sauf que chatter, tweeter pendant Top Chef nous éloigne de l’essentiel : la bouffe. Parce que ce qu’on veut nous aussi c’est du croquant, de l’engagement, des traceurs, de la texture… Du coup, pendant Top Chef, je suis devant les fourneaux et je fais péter les petits plats et les bonnes bouteilles. Bonne app’ !

Conversation photos avec une inconnue. #back2blog

Un court billet pour vous présenter un de mes nombreux Tumblr. Il y a un peu plus d’une année, j’ai rencontré S. lors du festival Antigel à Genève. Je ne sais plus comment ça s’est passé, pourtant la soirée n’était pas particulièrement arrosée, mais nous somme échangé une photo par email. Sans s’être dit quoi que ce soit ou très peu, nous avons continué à nous envoyer une photo par jours. Cela fait plus un peu plus d’une année que ça dure. Quelques rares fois nous avons répondu par écrit à l’image que l’autre nous envoyait, mais jamais nous nous sommes revu (sauf une fois où je l’ai aperçue de loin). Pour fêter nos un an de relation, j’ai créer un Tumblr avec toutes les photos échangées. Résultat : un album photo avec tout et n’importe quoi. Des choses qui se répondent, d’autres qui s’associent, certaines qui se confrontent. Des images tristes, drôles, nulles, intéressantes, d’ici et d’ailleurs.
A découvrir sur somepeopletalktoomuch.tumblr.com

somepeopletalktoomuch

#back2blog… mouais…

J’ai créé ce blog lors du premier module de la formation que je suis actuellement au SAWI. Mon dernier post date du mois d’octobre et depuis… RAS !

Pourtant ce n’est pas faute d’avoir eu envie d’écrire (même avec les pieds) que ça soit sur la musique (la scène suisse bouillonne), les super héros (j’ai revus tout les Bateman de Nolan, Et Skyfall ? C’était bien Skyfall.).

Mais à chaque fois que je commençais une question me sautait à la figure : Mais pourquoi est-ce que tu fais ça ?

Oui pourquoi ? Tout le monde s’en fout non ? Probablement. Mais tant pis. Je vais me forcer à le faire. Ne serait-ce que pour faire plaisir à ma prof qui a lancé le challenge back2blog, je me suis dit pourquoi pas.

10 jours, 10 post. Je ne vais pas rattraper mon retard, mais je vais tenter de rester dans le peloton jusqu’au bout de la course.

Mémoires d’un jeune homme intéressé.

Parce qu’il en fallait bien un. Un premier foutu billet. Il fallait aussi lui trouver un thème. Prendre pour thème « Le premier billet » pour le premier billet ce n’est vraiment pas très original  et surtout pas très intéressant. Pourtant c’est bien de ça qu’il s’agit. Hélas j’ai trop souvent fait l’intéressant plutôt que de l’être réellement. (Un aveu en entraîne un autre: je suis aussi faussement modeste.) Par contre, j’ai toujours été intéressé. C’est peut-être bien là que se trouve le thème de ce qui va se succéder ici.