Specialized vs Café Roubaix: épilogue.

C’est d’abord par une photo d’un type portant le t-shirt Café Roubaix, postée sur le compte Twitter de ce dernier, que la bonne nouvelle est arrivée. Mike Sinyard, le fondateur et propriétaire de Specialized est allé en personne s’excuser auprès de Dan Richter le propriétaire du Café Roubaix.

Puis, une video, dans laquelle on retrouve les deux protagonistes de cette affaire. Mr Sinyard s’excuse publiquement et explique comment l’histoire en est arrivé là. Il invoque la sécurité des utilisateurs qui le pousse a être extrêmement vigilant sur les contrefaçons.

Et aujourd’hui, c’est dans une lettre publiée sur Facebook que le propriétaire s’excuse et avoue publiquement qu’il n’a pas su gérer cette affaire. Il explique, en montrant quelques exemples, qu’il ne rigole pas avec la sécurité.

Des excuses qui arrivent tard dans cette histoire mais qui montre le côté « humain » de Specialized, qui se soucie à la fois des petits magasins et aussi – et surtout – des utilisateurs. La stratégie de communication mise en place fonctionne puisque la blogosphère semble elle aussi accepté ces excuses à coup de like et de share.

Pendant ce temps, j’attends toujours mon t-shirt Café Roubaix, moi !

BbQSNnHCIAAiyCa

Publicités

Dopage : lutte inégale !

La saison cycliste bat son plein. Après une pause hivernale secouée par des histoires de dopages, le sport reprend ses droits. C’est sur les routes du Moyen-Orient, d’Italie, de Corse, de France et maintenant de Belgique que les choses se dessinent peu à peu, donnant des indices sur ce qui va se passer sur les grands tours.

Dans Stade 2, dimanche soir, un reportage pas vraiment intéressant sur Chris Froom chez lui au Kenya, a ouvert le débat. Une enquête, intéressante cette fois, montre les disproportions énormes qui existent dans la lutte contre le dopage entre les différents sports. Ça fait peur. Les chiffres parlent d’eux-mêmes :

IMG_7216

Dans le Tennis les choses sont graves. Nadal a été contrôlé 1 à 3 fois en compétition l’année dernière (10 fois moins que Contador), qu’une fois lors de Roland Garros. Lors des internationaux de France, l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) est tenue à l’écart. C’est un laboratoire privé de Montreal qui organise les testes, de manière totalement obscure. D’où la réjouissance de certains, à l’image de Roger Federer, de l’arrivée du passeport biologique et d’être soumis à plus de contrôles.

Dans le Foot, seul lors de grands rendez-vous certains joueurs – 2 de chaque équipe (sic) – sont testés. Quand on pose la question à Adil Rami, invité de Stade 2 s’il est testé, il répond que oui, qu’il y a des testes à l’interne « pour éviter de se faire prendre derrière ». Qu’entend-t-il par là ? Le club teste afin d’instaurer une tolérance zéro et éviter certaines initiatives personnelles ou alors est-ce pour surveiller les taux afin de maîtriser les contrôles ? On ne lui a malheureusement pas posé la question.

Il serait faut de croire que le peu de cas de dopages dans le Tennis et dans le Foot soient dû au fait qu’ils n’y en auraient tout simplement pas. Comme le dit Arsène Wenger, il faudrait peut-être se poser la question de savoir s’il y assez de contrôles.

Espérons que ces sports, ainsi que tous les autres, sont attentifs et inspirer par se qui se passe dans le vélo. Car les histoires de dopage ultra médiatisées comme le sont l’affaire Armstrong ou Puerto détruisent l’image d’un sport avec pour conséquences des dommages irréversibles.

Si on veut faire changer les choses, il faudrait élargir le spectre et arrêtez de parler du dopage uniquement dans le vélo.  Et arrêtez  les reportage racoleurs comme l’a fait « Complément d’Enquête » jeudi dernier avec un énième dossier sur l’affaire Armstrong où l’on apprend rien de nouveau et qui reste fermé sur le cyclisme, sans allez voir ce qui se passe ailleurs.